Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 8.djvu/168

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rir aussi, et bientôt les citoyens de tous rangs se joignirent à eux : la souscription ouverte chez Lespinasse fut remplie en peu de jours.

Une députation fut envoyée auprès de Pétion, à l’effet de le prier d’acquiescer au vœu général. Il y consentit avec émotion et reconnaissance, et il mit sa grande maison de la rue Américaine à la disposition des commissaires de la fête : c’étaient principalement Daumec et Lespinasse, secondés de plusieurs autres citoyens. Tout y fut préparé avec goût et intelligence ; de nombreuses tables furent dressées pour le banquet, qui fut suivi d’un bal auquel un grand nombre de dames assistèrent.

Le 11 septembre, jour de cette fête vraiment somptueuse, les rues par où le Président d’Haïti dut passer pour s’y rendre, furent jonchées de feuillages et de fleurs : la ville fut illuminée. La musique militaire précédait le cortège qui l’accompagnait et qui était formé des sénateurs, des principaux magistrats et fonctionnaires, des généraux et autres officiers de tous grades. Un détachement de la garde à pied l’escortait. Toute la population de la ville était debout. Pendant le banquet, aux toasts qui furent portés à l’aide des bons vins de France, des salves d’artillerie se firent entendre : ce qui donnait un caractère militaire à cette fête essentiellement civique. Et l’on peut dire que ce jour-là, Pétion était à l’apogée d’une gloire pure, resplendissante de tout l’amour de ses concitoyens[1].

Mais lui, tout en recevant ces ovations populaires, ne s’endormait pas dans la sécurité que présentait l’état des

  1. Le général Magny, cédant à l’enthousiasme qui animait tous les convives, porta un toast contre Christophe. Cette courageuse imprudence ne nuisit pas cependant a sa famille qui était au Cap. Magny inspirait tant de respect, même au barbare qui y trônait, que son nom fut toujours porté dans l’almanach royal, avec sa qualité de maréchal d’Haïti el ses autres titres.