Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 8.djvu/157

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


blissement de son autorité et de l’esclavage. Mettre ensuite dans la bouche de Lys, qui avait été en opposition à son système de gouvernement dans la lutte du sénat avec lui, dans la scission du Sud, les éloges qu’il mérita par la sagesse et la prudence de sa conduite, par sa modération exemplaire, par ses sentimens humains, c’était décerner à Pétion la plus belle couronne civique dont on pût orner sa tête ; car il y avait conviction pour Lys comme pour le sénat, que le chef de l’État y avait droit[1].

De son côté, comme, dans son langage modeste, Pétion s’est plu à dissimuler sa propre gloire, en parlant de celle qu’acquirent tous ses concitoyens, du Sud particulièrement, dans le concours qu’ils lui donnèrent pour sauver la République ! En rappelant les faits d’armes du siège du Port-au-Prince, il rehaussait le caractère de Lys qui montra tant de valeur en cette circonstance ; en y joignant des éloges pour tous les militaires du Nord qui firent défection à la République, il honorait le caractère de Magny et de ses compagnons d’armes. Enfin, il rendit justice à la loyauté des commerçans étrangers, et

  1. Le discours du président du sénat fut rédigé par Daumec, avant l’arrivée de Lys au Port-au-Prince. Averti que ses collègues désiraient qu’il présidât ce corps, il fit dans une seule journée les 36 lieues qui séparent cette ville, du Petit-Trou où il résidait.

    À cette époque, Dupré, qui s’était retiré aussi dans le Sud pendant la scission, fit les vers suivans pour être gravés au bas du buste de Pétion :

    Le calme de son front est celui de son âme.
    Ni revers ni périls, jamais rien ne l’enflamme.
    Philosophe guerrier, prudent Législateur,
    Dans le bonheur des siens il trouve son bonheur.
    Lui seul n’est point frappé de l’éclat de sa gloire,
    Quand un jour l’avenir doit bénir sa mémoire.

    Quelle satisfaction pour Pétion, d’avoir su ainsi se concilier les cœurs, même de ceux de ses concitoyens qui lui furent le plus opposés !