Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 6.djvu/89

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’apprécier si, dans l’intérêt de sa civilisation, du développement de son industrie, de sa prospérité, il ne conviendrait pas de modifier l’exclusion primitivement portée contre les blancs, de manière à profiter de leur coopération, sans nuire néanmoins à sa sécurité. Une telle question ne peut être examinée ici.


C’est en avril que le jeune Chancy, neveu de Toussaint Louverture, arriva aux Cayes où il avait encore des parens. Il avait réussi à s’échapper d’Ajaccio, sur un navire des Etats-Unis, et du continent américain il se rendit dans sa patrie, et fut bien accueilli par le général Geffrard. Mandé aussitôt à Marchand, il reçut mission du général Moreau de rapporter à Dessalines, que Geffrard avait facilité l’évasion de plusieurs Français. À son passage au Port-au-Prince, il reçut un accueil distingué de Pétion ; et jugeant qu’il était prudent de ne pas retourner aux Cayes pour être employé auprès de Geffrard, contre lequel le gouverneur général était dès lors prévenu, il sollicita de servir auprès de Pétion : ce qu’il obtint. On verra que le choix de cet intéressant jeune homme ne l’empêcha pas de subir une triste destinée.