Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 6.djvu/219

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Port-au-Prince, le cœur réjoui d’avance du succès qu’il croyait obtenir dans sa démarche. Il accueillit avec une bienveillance particulière le général Pétion venu au-devant de lui à son entrée dans la ville ; dans la soirée, il donna un bal au palais, durant lequel il était joyeux, affable avec tous ses invités. Le lendemain, en présence de tous les fonctionnaires publics, de tous les officiers de son nombreux état-major, il amena Pétion avec ses plus intimes dans sa chambre ; et là, il parla de la convenance politique, de la nécessité d’une franche union entre les noirs et les mulâtres, qui devait être cimentée surtout par les liens de famille : enfin, il dit à Pétion que dans ces vues, il avait le désir de lui donner sa fille en mariage. Ce dut être sans doute un grand regret pour Pétion ; mais il répondit qu’il n’aimait pas le mariage. Il lui exprimait en cela un sentiment dont il a donné les fâcheuses preuves toute sa vie, mais sans faire valoir les autres raisons que nous venons de déduire, et qui certainement étaient visibles aux yeux de Dessalines. Néanmoins, l’empereur, qui se faisait une idée exagérée de son autorité, laquelle ne peut jamais aller jusqu’à forcer les inclinations, lui dit de réfléchir à sa proposition, parce que le bonheur dtf pays en dépendait[1]. Mais il avait affaire à l’homme le plus résolu, le plus déterminé à tout oser quand ïl était parfaitement convaincu. Ses réflexions ne le portèrent point à céder[2].

Le désappointement du père et du chef d’Etat produisit en Dessalines un regrettable effet : ses idées s’assombri-

  1. Hist. d’Haïti, t. 3, p. 245, 246, 247.
  2. M. Madiou prétend que Pétion fut profondément déconcerté, consterné de la proposition de Dessalines. C’est parler de Pétion sans avoir étudié son caractère par ses actes.