Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 4.djvu/465

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mandées, pour ainsi dire, par une disposition des esprits qui était générale en France[1]. »

Il est donc constant que le rétablissement des nobles colons dans leurs propriétés à Saint-Domingue, entra comme une des causes principales de l’expédition qui allait renverser T. Louverture, pour le conduire ensuite au fort de Joux. Ceci est très-curieux et d’un haut enseignement ; car, il a été prouvé que ce fut à la suggestion des nobles, contre-révolutionnaires du Nord, qu’il organisa la révolte des noirs en 1791. Sous les Espagnols, il s’affublait de décorations de la noblesse ; devenu tout-puissant, dictateur, il s’entoura de ces nobles émigrés, il en admit dans sa garde d’honneur ; il les restaura dans leurs propriétés. Sa querelle, sa guerre avec Rigaud avait eu pour origine la trop grande faveur qu’il leur accordait ; et en définitive, il mourut dans un cachot, en grande partie à cause d’eux.

M. Thiers, comme on le voit, n’admet pas que le rétablissement de l’esclavage devait être la conséquence de l’expédition : c’est ce que pense aussi M. Bignon, quoiqu’il ait dit à propos de ce fait consommé en 1802 à la Guadeloupe : « Il est des conjonctures où il y aurait une stupide imprudence à ne pas museler des tigres.  » Or, comme les noirs de la Guadeloupe ne redevinrent esclaves que pour avoir résisté les armes à la main, ceux de Saint-Domingue ayant aussi résisté de la même manière, il est plus que probable que des instructions secrètes avaient dû prévoir ce cas, pour qu’on agît à leur égard comme on fit envers ceux de la Guadeloupe, — pour les museler !

  1. Tome 3. « En un mot, la nation avait la rage de recouvrer Saint-Domingue, et je fus forcé d’y céder. » Mémorial de Sainte-Hélène, par Las Cases.