Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 4.djvu/403

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du peuple de Saint-Domingue, les sentimens de respect et de reconnaissance qu’il vous conservera pour ce bienfait qu’il vient de recevoir de vous, lequel va le convaincre qu’il ne s’est pas trompé dans le choix qu’il a fait de ses législateurs. Vous avez rempli l’espoir de la colonie entière, et comme en étant le chef, je vous déclare que vous avez bien mérité d’elle : et si, auprès de ce témoignage authentique de la reconnaissance publique, mes sentimens particuliers peuvent être de quelque prix, agréez ceux de mon estime et de ma considération.

Salut et respect, Toussaint Louverture.

L’assemblée centrale ne pouvait être en reste de complimens envers le gouverneur qu’elle avait créé ; elle lui répondit en ces termes :


xxxCitoyen gouverneur,

Votre lettre du 10 de ce mois (10 fructidor) contient les expressions les plus flatteuses pour nous. Dans ce témoignage de votre satisfaction, nous trouvons la récompense de nos travaux, par le présage que vous nous annoncez de la prospérité de cette colonie. Nous n’en doutons pas, citoyen gouverneur ; un avenir heureux sourit encore à Saint-Domingue. Sous vos auspices, le cultivateur reprendra avec gaieté ses instrumens aratoires, parce qu’il sera assuré qu’en vain il n’arrosera pas la terre de ses sueurs. Le militaire, plein de ses devoirs, se bornera à défendre le poste d’honneur qui lui sera confié ; la subordination, l’aménité et le courage seront les vertus qui le distingueront. La justice reparaîtra dans tout son éclat. Une administration simple et uniforme rétablira le crédit et la confiance. Dans le cœur de chaque fonctionnaire, une noble émulation excitera et entretiendra les plus précieux sentimens ; tous, à l’envi, s’empresseront de suivre les traces de celui qui a su mettre un terme à nos malheurs. Votre nom ne cessera d’être cher au peuple de Saint-Domingue ; il suffira de le proférer, pour indiquer à chacun la route qu’il doit tenir.

La constitution et les lois vous imposent une grande tâche ; mais elle n’est pas au-dessus de vos forces physiques et morales. Nous pouvons dire avec assurance qu’elle est digne de vous, et que vous la remplirez entièrement, parce que nous connaissons vos rares vertus.

Le gouvernement de la métropole ajoutera à la récompense qui vous