Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 4.djvu/302

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sur des Espagnols aux Gonaïves, en avril 1794. Il avait une excuse en 1801 : il fallait céder à la force ! En 1790, il n’en avait pas ; car le préjugé et la haine pour une classe d’hommes ne peuvent servir d’excuse.

Cette convention, signée le 21 janvier par D’Hébécourt et Don Garcia, avec quelques additions faites par ce dernier, reçut la ratification de T. Louverture, le 22, au quartier-général de Jayna, petit village situé près de la rivière de ce nom : elle fut encore ratifiée par Joachim Garcia, le 26.

Celle de T. Louverture porte :


Nous, général en chef de l’armée de Saint-Domingue, approuvons et ratifions les articles ci-dessus et des autres parts, pour être immédiatement et sans réserve, exécutés selon leur forme et teneur.

Quant aux biens des églises revenant aux ministres du culte, je ne puis décidément prononcer pour le moment, en ce qu’il importe que je consulte à cet égard les lois de la République : l’administration des domaines nationaux de la colonie peut seule m’en donner connaissance. En conséquence, il ne sera terminé sur ce point qu’après la prise de possession de la ville de Santo-Domingo.

La prise de possession de l’île, notamment de la place de Santo-Domingo, est définitivement arrêtée pour le 6 du courant (pluviôse, ou 26 janvier). Le 5 dudit, les troupes de la République passeront la rivière de Jayna, et prendront immédiatement possession du fort de l’embouchure. Le 6 au matin, elles se trouveront à la proximité de la ville pour prendre possession des forts, batteries et autres postes de ladite place.

Monsieur le Président est invité, à cet égard, de donner, pour les jours sus mentionnés, les ordres les plus précis.


Celle du gouverneur est ainsi conçue :

« Ratifié en ce qui me concerne, selon les termes de la présente convention, en espérant la résolution définitive concernant les points pendans en faveur des églises et de leurs ministres. »