Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 4.djvu/281

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Cependant, malgré les calomnies qu’il n’a cessé de lancer contre moi dans ses lettres pour France et Santo-Domingo, il sera à l’abri de tout désagrément ; mais mon respect pour son caractère (public) ne doit pas m’empêcher de prendre les mesures les plus sages pour lui ôter la faculté de tramer de nouveau contre la tranquillité, qu’après tant de secousses révolutionnaires, je viens d’avoir le bonheur d’établir.

En conséquence, pour l’isoler des intrigans qui n’ont cessé de le circonvenir ; pour répondre d’un autre côté aux plaintes que toutes les communes m’ont faites à son égard par l’organe de leurs magistrats, le général de brigade Moïse fera procurer audit citoyen Roume, deux voitures et une escorte sûre, laquelle le conduira, avec tout le respect dû à son caractère, au bourg du Dondon, Où il restera jusqu’à ce que le gouvernement français le rappelle pour rendre ses comptes.

Au Cap-Français, le 5 frimaire an 9 de la République française, une et indivisible (26 novembre).


Ce fut rayant-dernier acte de mépris pour l’autorité de la métropole, que commit T. Louverture. Les motifs qu’il donna dans cet acte pour interner Roume au Dondon ne sont pas ceux qu’il avait contre lui : le vrai motif était l’arrêté du 16 juin, par lequel cet agent avait rapporté celui du 27 avril, qui l’autorisait à prendre possession de la partie espagnole. Décidé à effectuer ce mouvement pour réunir toute l’île sous sa domination et lui donner une constitution spéciale, il lui fallait briser ce reste d’autorité nationale en faisant Roume prisonnier, en rendant toute protestation de sa part nulle, par le seul fait de sa détention, cachée sous l’apparence du bien public. Si Roume était un homme dangereux pour ses vues, il l’aurait contraint à s’embarquer comme Sonthonax et Hédouville ; mais T. Louverture jugeait avec un tact admirable, que son complice dans les provocations à la guerre

    son départ : le voilà maintenant dénoncé par son complice pour le même fait. Voilà Rigaud vengé de tout ce que Roume avait écrit et ordonné contre lui.