Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 4.djvu/244

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cultivateurs. C’était une vraie contribution de guerre.

Le 16, nouvelle proclamation disposant de la totalité des récoltes provenant des habitations séquestrées, en faveur de l’État, ou de la République.

Le 23, T. Louverture fit un règlement sur l’administration politique du département du Sud. Quatre arrondissemens militaires furent institués : ceux des — Cayes, de Tiburon, de Jérémie et de l’Anse-à-Veau.

Celui des Cayes fut confié à Laplume ; de Tiburon à Desravines ; de Jérémie, à Dommage ; de l’Ànse-à-Veau, à Mamzelle, étonné de sortir de sa sauvagerie du Doco pour commander à des hommes policés : ses excentricités y devinrent proverbiales.

Laplume étant général, étendait sa surveillance sur tous les autres arrondissemens, commandés par des colonels ; et il était placé lui-même sous la haute inspection de Dessalines, vrai conquérant du Sud.

Tous les bourgs, toutes les villes de ce département reçurent pour commandans secondaires, des officiers de l’armée du Nord, et des troupes pour y tenir garnison.

Celles du Sud ayant été réduites à un petit nombre, la 1re demi-brigade prit rang dans l’armée coloniale sous le numéro 13, à la suite des 12 demi-brigades du Nord et de l’Ouest. Les autres soldats furent incorporés dans ces dernières.

Après avoir tout organisé, T. Louverture quitta les Cayes le 27 août pour se porter dans l’Ouest. Rendu à Léogane, le 30, il fit une adresse de complimens à ses troupes qui avaient triomphé. Celles qui n’étaient pas nécessaires à l’occupation du Sud se réunirent dans cette ville avec les généraux Dessalines et Clervaux. Une fête militaire, célébrée par le Te Deum indispensable,