Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 4.djvu/228

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


espagnole de Saint-Domingue cédée à la France, dont le premier veut s’emparer. S’il a été forcé d’y renoncer momentanément, sa pensée n’est pas moins dirigée vers ce point ; et il est à prévoir qu’il effectuera son dessein.

En attendant, il reste seul dominateur dans la colonie ; car l’agent de la France n’est plus qu’une ombre d’autorité. Mais là est l’écueil où il doit se briser, parce que la France est désormais dirigée par un gouvernement fortement constitué, résolu et énergique, qui saura prendre sa revanche en temps opportun. Néanmoins, si le gouvernement et l’administration de T. Louverture s’appuient sur l’intérêt réel de la race africaine, il pourra résister à toute entreprise de la part de la métropole.

Entrons donc dans l’examen consciencieux des actes de sa toute-puissance, obtenue par les moyens les plus coupables, les crimes les plus affreux. Voyons s’il va obtenir de la postérité qu’elle les oublie, en faveur des résultats qu’il aura obtenus.