Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 4.djvu/111

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Grand-Goave. Mais il expédia Renaud Desruisseaux pour diriger les opérations : ce colonel était accompagné de quelques officiers, et il apporta des munitions de guerre et de bouche.

Cependant, T. Louverture qui avait une résolution énergique, qui avait une âme à toute épreuve, qui était capable aussi de tous les genres d’excès quand il fallait acquérir du pouvoir ou s’y maintenir, averti de la révolte du Môle et des autres faits, ordonna peu après au général Moïse de se détacher de l’armée avec une partie des troupes du Nord, moins la 9e, pour se porter contre le Môle, contre Golard. Il fut peut-être heureux de cette circonstance pour ôter à Moïse la direction de la guerre contre Rigaud, à cause de ses opinions. Le commandement en chef fut donné dès-lors à Dessalines dont l’obéissance passive était une garantie de vigueur : son activité et sa bravoure y ajoutèrent.

Le 19 juillet, Toussaint Louverture émit une proclamation à l’occasion de la révolte du Môle. En même temps, il écrivit à tous les commandans d’arrondissement et de place, de faire main basse sur toutes les victimes désignées d’avance à la mort. Voici la lettre qu’il adressa à Henri Christophe :


Au Port-Républicain, le 29 messidor (17 juillet) an 7 de la
République française une et indivisible.

Toussaint Louverture, général en chef de l’armée de Saint-Domingue,

Au citoyen Christophe, chef de brigade, commandant en chef l’arrondissement du Cap, et surveillant celui de l’Est (celui du Fort-Liberté[1].)

La révolte du Môle, mon cher commandant, vient de s’opérer par les agens secrets du perfide Rigaud. Ils font des prosélytes partout, et

  1. H. Christophe devint commandant de ces deux arrondissemens après le départ d’Hédouville.