Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 3.djvu/485

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


général Hédouville, le Directoire exécutif ayant conservé à T. Louverture son rang et son pouvoir de général en chef, les Anglais étaient assurés d’obtenir l’introduction des marchandises de leur pays à Saint-Domingue ; et c’est ce qui fit revenir le général Maitland dans cette colonie, pour en conclure l’arrangement avec T. Louverture, comme on le verra en 1799.

Le général anglais n’a pas contribué davantage à la prise de possession de la partie espagnole : ce fait a été le résultat naturel et nécessaire de la cession de cette colonie à la France. T. Louverture, vainqueur de Rigaud, ne pouvait manquer de donner à son ardente ambition, la satisfaction de dominer sur tout le territoire de l’île. Et lorsque nous arriverons à l’année 1801, il nous sera facile de démontrer, qu’en donnant une constitution particulière à Saint-Domingue, en arrivant ainsi à une indépendance relative de cette colonie, T. Louverture n’a fait que réaliser les vues constantes qui dirigeaient les colons ; et en cela, il a été fidèle à ses antécédens ; car il a été presque toujours leur ami, leur agent.


Les circonstances diverses relatives à l’évacuation de Jérémie et du Môle, nous ont entraîné à une digression sur la conduite que T. Louverture a tenue à cette occasion, et même sur celle qu’il a tenue par la suite. Elle nous a fait négliger de parler d’une autre cause de dissentiment entre lui et le général Hédouville.

On a vu qu’en entrant au Port-au-Prince, le général en chef fit un règlement sévère pour contraindre les cultivateurs à rentrer sur les habitations de leurs anciens maîtres, et qu’Hédouville, en l’approuvant, lui dit qu’il régulariserait cette mesure par un autre acte, attendu qu’elle