Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 3.djvu/47

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Sur la fin de janvier, les hommes de couleur de Saint-Marc, maltraités par les colons et les Anglais, peut-être excités par les intelligences de T. Louverture et de Morin, tentèrent une conspiration dont le but était d’arrêter le major Brisbane et de livrer Saint-Marc à la République française. Mais, découverts dans leur projet, ils furent arrêtés. Brisbane se disposait à les envoyer à la Jamaïque sur des pontons, lorsque les colons et les émigrés s’y opposèrent et en égorgèrent environ une cinquantaine : c’est ce qu’écrivit T. Louverture à Laveaux, le 25 janvier.

À peu près dans le même temps, à l’Arcahaie et au Port-au-Prince, les hommes de couleur essayèrent aussi de conspirer en faveur de la France. Les mauvais traitemens des colons leur faisaient repentir de l’avoir trahie. Ils y furent également traqués et fusillés. Lapointe s’acharna contre ceux de l’Arcahaie où il commandait : il en fît égorger une trentaine là même, et poursuivant, par réflexion sans doute, ceux qu’il envoyait au Port-au-Prince, il fut de sa personne les assassiner à bord d’un bâtiment où ils avaient été embarqués ; de ce nombre étaient deux frères Leroux. Ce mulâtre cruel agissait du reste avec autant de barbarie, contre les blancs et les noirs qui lui déplaisaient ou contrariaient ses volontés.

De son côté, T. Louverture fît à peu près alors ce que faisait Lapointe, mais à l’égard d’un seul homme de couleur, Blanc-Cazenave. Cet officier était son premier lieutenant dans l’Artibonite : brave militaire depuis longtemps soumis à ses ordres, même avant sa soumission à Laveaux, il l’aidait avec fidélité et dévouement à obtenir ses succès contre les Anglais. Mais, privé d’éducation, Blanc Cazenave avait la rudesse d’un esprit inculte, le despotisme et la violence qui en naissent souvent, surtout dans le métier