Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 3.djvu/373

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Lapeur, la frayeur vraies ou apparentes saisissent. J. Raymond et bien d’autres qui supplient Sonthonax de partir, pour éviter les malheurs qui menacent le Cap. Le commissaire, plein de courage, ne se décide qu’au jour à quitter son poste ; il s’embarque avec sa famille sut l’Indien, suivi de l’adjudant-général E. Mentor et de quelques officiers blancs qui, tous, s’étaient trop prononcés pour ne pas redouter la colère de T. Louverture[1].

Dans son discours au conseil des Cinq-Cents, Sonthonax affirme que « J. Raymond consigna dans un arrêté que son départ affligeait tous les amis de la liberté et de l’humanité dans la colonie. » Il l’aura fait, sans doute pour décider Sonthonax à partir, en lui donnant ainsi une fiche de consolation dans sa disgrâce. Sonthonax ajoute que Raymond l’accompagna, le matin du 7 fructidor (24 août[2] sur le rivage, en le serrant dans ses bras et l’inondant de ses larmes.

« Je ne prévoyais guère alors, dit-il, tout ce que ces adresses patriotiques, ces tendres embrassemens, cachaient de perfidie. Pouvais-je imaginer qu’un homme qui se disait mon ami, osât dénoncer, diffamer celui qui fut le sien ; qu’il ne m’eût embrassé que pour m’étouffer, pour me poignarder par derrière ? Je me suis joué des attaques

  1. Pamphile de Lacroix a prétendu que le général Léveillé partit aussi ; mais dans son rapport, Kerverseau dit qu’il commandait encore le Cap à l’arrivée d’Hédouville, et c’est vrai ; nous avons vu une lettre de T. Louverture à cet agent où il est question de Léveillé. C’est avec Hédouville qu’il partit.
  2. MM. Madiou et Saint-Rémy disent que Sonthonax partit le 3 septembre. Mais, deux fois dans son discours du 4 février 1798, il dit que c’est le 7 fructidor. Nous adoptons cette date qui correspond au 24 août, non-seulement d’après ce discours, mais encore d’après la lettre à Idlinger du 21, et la promptitude avec laquelle son départ a dû s’effectuer. Le rapport dé J. Raymond confirme l’embarquement de Sonthonax le 7 fructidor, elle départ de l’Indien, le 8.