Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 3.djvu/372

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


suivre, dites-leur que nous avons protesté de rendre leurs efforts iinpuissans, et que nos moyens sont notre courage, noire persévérance, notre amour du travail et de l’ordre. C’est par nos vertus et notre attachement à la République, que nous répondrons à leurs calomnies ; et, d’après ce que vous avez vu dans la colonie, vous avez déjà senti au il nous était aussi facile de défendre notre cause que de terrasser nos ennemis.

Salut et respect.
Toussaint Louverture.


Il est probable que dans son allocution aux officiers et aux fonctionnaires, Sonthonax aura fait valoir, pour les toucher et les entraîner, la considération des attaques et des calomnies dirigées contre lui, en France, par la faction coloniale qui se prévaudrait encore de son renvoi pour l’accabler, en prétendant qu’il avait perdu l’estime même des noirs et du général en chef ; que ceux-ci n’étaient pas non plus dévoués à la France.

Eh bien ! cette seconde lettre de T. Louverture est rédigée convenablement pour le rassurer à cet égard ; mais en même temps, elle contient une menace pour porter le commissaire à se résigner : d’après ce que vous avez vu, vous avez déjà senti qu’il nous était facile (à nous, T. Louverture) de terrasser nos ennemis ; c’est-à-dire, les miens, ceux qui s’opposent à ma volonté : cette forme est ambiguë, à double entente ; elle est dans la nature de T. Louverture ; et elle suffisait pour faire comprendre à Sonthonax ce qu’il voulait.

Pour mieux l’y décider, il quitte le Cap et se rend à la Petite-Anse où commande Henri Christophe ; et là, il menace de fondre sur la ville avec toute la population des campagnes, de mettre tout à feu et à sang. Dans la nuit du 23 au 24 août, il fait tirer le canon d’alarme, comme au 30 ventôse, Pierre Michel et Léveillé l’avaient fait tirer pour épouvanter Villatte et la municipalité.