Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 3.djvu/316

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les trois noirs furent retenus dans le Nord, à cause d’une mission que leur réservait Sonthonax, dans l’Ouest. A. Chanlatte y était encore, quand l’assemblée électorale l’élut député : Sonthonax lui faisait ainsi donner un congé, utile à ses vues.


Le général anglais Simcoë arriva d’Europe au mois de mars : il releva le général Forbès dans le commandement supérieur qu’il exerçait. Déjà plusieurs autres généraux avaient été relevés : les Anglais reconnaissaient la difficulté de se maintenir encore longtemps dans la colonie, où ils avaient perdu considérablement d’hommes par la guerre et surtout par la fièvre jaune, et dépensé d’énormes sommes, sans étendre leur conquête. Simcoë mit un peu d’ordre dans ces dépenses, en réduisant au tiers le grand nombre de légions qui avaient été créées pour donner de l’emploi aux émigrés français et aux colons. Garder les diverses places et les positions occupées, fut pour cet officier la chose indispensable.

Depuis longtemps, avant l’affaire du 30 ventôse, T. Louverture avait écrit des lettres à Laveaux pour être autorisé à attaquer les Anglais à Las Caobas et à Banica, et Laveaux s’y était refusé en alléguant pour motifs, que ce serait violer le traité de paix fait avec l’Espagne. Or, le territoire de la partie espagnole avait été cédé à la France, et les Espagnols favorisaient les Anglais. T. Louverture jugeait donc mieux que le gouverneur, car la guerre a des lois inflexibles ; mais il dut obéir à son chef.

Sonthonax ne pouvait pas adopter les futiles raisonnemens de Laveaux : il tenait d’ailleurs à favoriser l’élévation de T. Louverture. Celui-ci visait au titre de général en chef, et voulait ajouter ce nouveau fleuron à la cou-