Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 3.djvu/303

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Martial Besse était encore dans le Sud et A. Chanlatte dans l’Ouest, lorsque la proclamation de l’agence leur déféra, au premier l’arrondissement de Saint-Louis, au second celui de Jacmel. Ils voulurent s installer dans leurs commandemens respectifs. Mais les populations, excitées et irritées par les autres dispositions de cet acte, se soulevèrent et les contraignirent à retourner au Cap. A. Chanlatte, plus adroit que son collègue, fit plus longtemps tête à l’orage populaire[1].

Il est à présumer qu’à Saint-Louis, Lefranc aura été le principal artisan de ce mouvement ; car c’était lui ravir son commandement. Mais Rigaud lui-même n’était pas homme à rester en arrière dans une telle circonstance : étant signalé par l’agence, s’il avait accepté M. Besse à Saint-Louis, un autre ordre eût pu le déplacer aussi. De plus, on ne pouvait pas oublier comment M. Besse avait administré Jacmel en 1794.

C’est encore Rigaud, plus que Bauvais, qui fît mettre en mouvement les populations de l’arrondissement de Jacmel, par Ridoré, mulâtre, Lafortune et Conflans, deux noirs, qui reçurent à cet effet les instructions secrètes de R. Desruisseaux.

Bauvais, incapable d’une telle résolution parson extrême

    effectivement envoyé un agent au Môle, dans les derniers jours de janvier ; c’était pour proposer, comme nous l’avons dit au chapitre X ; l’échange de prisonniers anglais contre Pinchinat, Bonnet, etc. Un mois auparavant, le 10 nivôse an 5 (30 décembre) Sonthonax avait écrit à Pétion qui était en garnison à Léogane. « Je sais que depuis longtemps vous êtes sourdement persécuté par les factieux ; je n’ignore point que vous avez eu la plus grande part aux succès contre les Anglais au siège de Léogane en germinal dernier, et que par la plus injuste partialité, la relation de ce siège n’a fait aucune mention de vous. »

    Après avoir cherché à exciter Pétion contre Bauvais et Rigaud qui publièrent cette relation, pour laquelle nous les avons du reste blâmés, il essayait de diviser Bauvais avec Rigaud.

  1. Martial Besse retourn au Cap le 13 février 1797, et A. Chanlatte, le 4 mai.