Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 3.djvu/246

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


hommes de couleur de prendre toutes les places d’officiers, tous les emplois civils. Durant leur route jusqu’aux Cayes, ils ne cessèrent d’adresser d’insidieux discours aux noirs qu’ils rencontraient : quelques-uns parurent se prêter à leurs vues en se plaignant des mulâtres, et les délégués de croire présomptueusement que leur mission serait facilement remplie. Ils ne se doutaient pas que ces noirs rendraient exactement compte de tout aux hommes de couleur : ce qu’ils firent cependant[1]

Enfin, les délégués arrivèrent aux Cayes, où ils furent reçus avec la plus grande solennité par Rigaud et les autorités secondaires. Ce fut le 23 juin.

La réapparition de Rey aux Cayes causa une joie peu commune aux anciens Léopardins qui s’y trouvaient. Cet homme se répandit par toute la ville, fier de sa nouvelle position, excitant les esprits contre Rigaud et les hommes de couleur. Ce sentiment de haine était trop naturel de sa part, pour qu’il pût feindre. Son caractère public le rendait inviolable !

Le premier acte d’autorité que fit la délégation, fut de destituer l’ordonnateur Gavanon et de le remplacer par Idlinger, de destituer le contrôleur Duval Monville et de

  1. Ceci nous rappelle une particularité qui eut lieu, en 1816, lors de la mission de MM. le Vicomte de Fontanges et Esmangart. Un haïtien noir conçut l'idée d’aller voir ces commissaires de la France, et de se plaindre à eux du sort malheureux des noirs depuis qu’ils n’avaient plus de maîtres : il se vêtit comme s’il était dans la plus affreuse misère. Le vieux Vicomte donna tête baissée dans cette ruse ; se croyant encore dans l’ancien régime, il parla sans ménagement à cet haïtien. Celui-ci se retira avec toute l’apparence d’une vive joie, de voir rétablir bientôt la puissance de la France à Haïti. Mais il se rendit auprès de Pétion, à qui il raconta toute la conversation qu’il avait eue avec M. de Fontanges, en lui disant : Président, n’a pas fié blancs !!! Yo trop coquins ! (Président, ne vous fiez pas aux blancs ! ils sont trop rusés. !)

    Ce citoyen faisait de la diplomatie à sa manière. Il en avait plus appris qua Pétion, de la mission envoyée par Louis XVIII.