Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 3.djvu/216

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les fonctions militaires, ou dans les fonctions administratives du département du Sud, comme dans celui de l’Ouest où commandait Bauvais.


Nous venons de citer des lettres de Rigaud ; citons-en de T. Louverture.

Étant aux Gonaïves, le 1er juin, il écrivit à Laveaux :


Mon cher général, d’après tous les renseignemens que j’ai eus, il n’est que trop certain qu’il existe une nouvelle conspiration des plus atroces, et A. Chanlatte, à ne pas en douter, est le directeur de tout ce qui doit s’opérer. Les méchans, les ennemis de la liberté générale et de l’égalité (les mulâtres) ont juré ma perle ; ils calculent tous les moyens imaginables pour me détruire, et sous tous les rapports, je dois périr victime de leur scélératesse par quelques embuscades qu’ils se proposent de me tendre. Bien leur vaudra de m’ajuster bien ; s’ils me manquent, je ne les raterai pas ; et s’ils réussissent, ma cendre sera doublement vengée par ceux qui, naturellement, doivent me succéder. — Gabriel Lafond (noir ancien libre) oubliant tous les maux qu’il a endurés, à cause de ceux mêmes par qui il est aujourd’hui séduit, s’est déclaré sourdement mon ennemi, et est un des principaux instrumens de vengeance des MM. (mulâtres). Ces derniers disent que c’est moi qui ai déjoué et fait manquer leur vaste projet, et qu’il faut, de toute nécessité, se défaire de moi pour n’avoir plus d’entraves à l’avenir, parce que, disent-ils, ils viendront après facilement à bout du reste.

Gabriel Lafond, Tonne, Pérès, Dupiton et d’autres tiennent continuellement des conciliabules chez Chanlatte (au Cap). Faites en sorte de leur signifier de s’en retourner aux Gonaïves, en leur faisant dire que c’est moi qui les demande, avec tous les autres de cette partie.

Général, si le commissaire (Sonthonax) n’embarque pas Chanlatte, je ne prévois que beaucoup de troubles à Saint-Domingue. Tous les malveillans s’appuient sur lui, et leur audace s’accroît journellement.

P. S. Déchirez cette lettre après que vous l’aurez lue.


Cet ordre final n’a pas eu d’exécution, et nous remercions le général Laveaux de sa désobéissance.

Pense-t-on que T. Louverture croyait à l’existence