Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 2.djvu/33

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le titre des Amis de la constitution, comme s’intitulait celui des Jacobins : bientôt après il le changea en celui des Amis de la convention nationale. Daugy en fut le premier président : le fameux Borel, Deleire et d’autres membres du côté Ouest en furent les secrétaires. Il comptait parmi ses membres d’autres colons non moins factieux, tels que Duny, Verneuil, Gervais, Fournier, Baillio, Raboteau, Larchevesque Thibaud, etc.

Le 4 octobre, avant la dissolution de l’assemblée coloniale, ils se réunirent dans la salle de spectacle du Cap pour le constituer. Leur premier soin fut de se débarrasser des agens du gouvernement colonial, qui, au Cap, avaient été tous du parti de l’assemblée provinciale du Nord, opposé à celui de l’assemblée générale de Saint-Marc. Blanchelande venait d’être embarqué. À cet effet, ils dressèrent une liste de proscription contre cent cinquante trois individus dont ils demandèrent aussi l’embarquement : c’étaient des blancs indiqués comme auteurs des troubles ; pas un homme de couleur ne fut signalé comme tel par les colons eux-mêmes. Ce fut par suite des agitations occasionnées par cette liste présentée aux commissaires civils, que ceux-ci prirent la résolution de renvoyer en France d’Esparbès, Cambefort, Touzard et autres, par les motifs particuliers que nous avons indiqués.

Ce succès accrut la hardiesse des agitateurs. À l’aide de l’influence qu’ils exerçaient sur la population du Cap, surtout sur la classe des petits blancs, dont ils affectaient de prendre la qualification pour se rendre plus populaires, Daugy, Raboteau et les quatre autres membres de la commission intermédiaire, tous également membres du club, pesaient sur les déterminations