Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 2.djvu/301

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


saires prononcèrent à l’église du Cap et dans leurs proclamations. La connaissance acquise, par les papiers anglais, du décret du 16 juillet qui les avait mis en accusation, vint augmenter ces doutes et cette irrésolution, et pousser à la trahison. Il faut le dire à l’honneur du général Laveaux : sans sa fermeté, ses sentimens d’attachement à son pays, et le concours qu’il donna à la commission civile en cette circonstance, c’eût été fait de toute la province du Nord. Le dévouement martial de Villatte, au Cap, contribua puissamment aussi à préserver cette province d’une défection totale.


Le 8 octobre, avant de partir, Sonthonax nomma le mulâtre Péré, son délégué en son absence. Il rendit ensuite la proclamation suivante :


Citoyens,


Les Anglais de la Jamaïque viennent de descendre au Môle et à Jérémie, appelés par les enmemis de la République française ; sans forces, sans soldats, et sans autres moyens que la corruption, ils espèrent tout de la trahison et de la perfidie ; ils espèrent tout des ennemis que nous recelons encore au milieu de nous.

Réunissons-nous, citoyens, pour repousser de toutes nos forces l’esclavage et la mort. Réunissez-vous, hommes du 4 avril et du 29 août : le même sort vous menace tous, on vous présente des fers ! Jurez tous de mourir plutôt que de les supporter : n’avez-vous pas pour retraites vos mornes et vos foréts ? Les lâches et féroces chefs de cette poignée d’Anglais qui est descendue dans l’île, se sont annoncés comme les exécuteurs des vengeances des émigrés ; n’attendez pas d’eux qu’ils observent le droit des gens : c’est du sang qu’il leur faut, c’est de l’or qu’ils viennent recueillir.

Conduits par les planteurs blancs, ils viennent sur nos rivages apporter des fers pour vous enchaîner. Souvenez-vous du succès de vos frères de la Martinique ; ils ont repoussé, ils ont battu le même ennemi qui vient infester nos côtes. Souvenez-vous que les Africains des Montagnes-Bleues de la Jamaïque menacent sans cesse les Anglais, et