Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 2.djvu/199

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous toutes les forces de la colonie : autorisons les citoyens Poizac et Janvier de parcourir toute cette côte du Nord, et d’ordonner de notre part à tous les hommes libres et même, s’il en est besoin, à tous les individus qui voudraient le devenir, de se réunir aux troupes de ligne qui se trouveront sur les lieux, pour s’emparer des forts et les garder à la disposition de la commission civile de la République. »

D’autres lettres adressées à des chefs de poste les autorisèrent aussi « à armer tous les sang-mêlés esclaves et même les nègres esclaves, sur lesquels ils pourraient compter ; » et ils les déclarèrent libres, ainsi que les prisonniers faits sur les insurgés.

Des émissaires furent chargés de propositions à ces insurgés ; et une recommandation fut faite aux chefs de poste d’épargner les nègres égarés, de traiter avec humanité tous les prisonniers, hommes, femmes et enfans.

Polvérel et Sonthonax ne s’arrêtèrent pas à ces mesures qui pouvaient exercer une grande influence sur l’esprit des insurgés.

Dès le 22 juin, ils avaient écrit à Jean François et à Biassou, pour essayer de les gagner à la cause de la République française. Ils comptaient peu cependant sur le premier ; et espérant mieux de Biassou, ils lui avaient envoyé un sauf-conduit pour l’inviter à une conférence[1]. Biassou, non plus que Jean François, ne céda à ces avances. Au contraire, d’accord avec Toussaint Louverture, son conseiller habituel, ils rendirent une déclara-

  1. … « Venez nous joindre, nous vous envoyons un sauf-conduit. Devenez Français : soyez fidèles à la République française, vous serez libres, vous serez citoyens comme nous. Vous serez revêtus des grades militaires que votre bravoure et votre fidélité vous auront mérités. » Lettre des commismissaires, aux Débats, t. 7, p. 19.