Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 11.djvu/97

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


harmonie avec nos convictions, et qui nous assure la libre manifestation de nos opinions. »

Ces deux pièces parurent le 6 octobre dans la partie officielle du Télégraphe[1].

Si l’on ne considère que le résultat définitif de l’entreprise formée par l’Opposition, convaincue ou non des doctrines qu’elle professait, — le renversement de Boyer du pouvoir, — en se plaçant à son point de vue, on applaudira sans doute à ses efforts dans le but qu’elle poursuivait, aux attaques passionnées contre le pouvoir exécutif, contre le Sénat, dont le discours prononcé par D. Saint-Preux offre l’expression. Mais, si l’on se reporte à, l’année 1839, si l’on examine froidement ce résultat définitif en lui-même, pour juger s’il a produit plus de bien que de mal pour la patrie, peut-être blâmera-t-on l’Opposition et son véhément orateur d’avoir poussé les choses si loin. Après avoir proclamé, en 1838, que « le Sénat était revêtu d’un pouvoir essentiellement modérateur, chargé d’établir l’équilibre entre la nation et son chef, » comment cet orateur pouvait-il décliner l’opinion de ce corps, ainsi qu’il le fit, par des paroles aussi acerbes, en lui supposant de perverses intentions contre les libertés publiques, en faisant remonter ses accusations jusqu’à l’acceptation de l’ordonnance de Charles X, pour mieux prouver, selon lui, que le Sénat connivait avec le Président d’Haïti pour faire le malheur du pays, pour opprimer la nation ? Si les membres de la Chambre, ou plutôt de l’Opposition, avaient

  1. Je dois dire ici que ces deux actes furent rédigés par M. Auguste Brouard, devenu par la suite un chaud opposant au gouvernement de Boyer. J’affirme, sur mon honneur, qu’il m’en montra les projets qui furent retouchés par le général Inginac. Voyez ce que ce général dit à ce sujet dans ses Mémoires de 1843, page 96. M. A. Brouard et son oncle Valery Renaud firent des démarches actives auprès des représentans de la partie de l’Est, pour les déterminer à se rallier au pouvoir exécutif. À chacun sa part de responsabilité devant la postérité !