Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 11.djvu/64

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de 1828 à 1838 ; 2° a réduire l’intérèt primitif, de 6 pour cent, à 3 pour cent ; et ce, moyennant l’affectation, par le gouvernement haïtien, d’un million de francs annuellement pour le payement des intérêts et l’amortissement successif d’un certain nombre d’actions par le tirage au sort. Le service de l’emprunt étant ainsi réglé, M. J. Laffitte opéra immédiatement, pour l’année 1839, le tirage au sort et le payement des intérêts, avec le million qui avait été versé dans sa caisse l’année précédente. Il venait d’ailleurs de recevoir un nouveau million que Boyer fit expédier en France, en même temps que la somme de quinze cent mille francs destinés à l’annuité de l’indemnité. Ces deux dettes continuèrent à être exactement payées jusqu’à sa chute, en 1843. Dans les premiers jours de juillet, MM. Frémont et Faubert arrivèrent au Port-au-Prince, sur la corvette la Sabine, partie de Toulon ; le 8, le Président réunit les principaux fonctionnaires et magistrats, et leur donna connaissance des arrangemens que ces envoyés avaient conclus d’une manière si avantageuse pour le pays.


La prorogation de la session législative amena à la capitale les membres de la Chambre des communes et ceux du Sénat, à la mi-août. La Chambre se constitua à la majorité de 39 représentans sur 72 dont elle se composait : M. Georges Jean-Baptiste (de Vallière), fut élu président, et les secrétaires étaient MM. Kenscoff et Imbert. Le lendemain, une députation en prévint le Président d’Haïti. Le Sénat, moins diligent, ne put se constituer en majorité que le 29 ; M. B. Ardouin fut élu président, et MM. Bazelais et J. Noël, secrétaires. Ce corps adressa un message au Président d’Haïti pour l’informer de sa constitution, et en