Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 11.djvu/176

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


publique, à ordonner que les travaux de réparation des canaux et des fontaines fussent confiés à l’ingénieur Lesage que le général Inginac lui avait désigné à cet effet[1], en disant au sénateur qu’il fallait faire paraître le journal immédiatement, qu’en défendant le gouvernement il serait soutenu. Il ajouta : « Je suis résolu à prendre bien des mesures, indépendamment de celles que m’a proposées le général Inginac ; les finances surtout en exigent, on préparera le budget de l’année prochaine pour le présenter à la Chambre. Mais je dois vous le dire, il faut que M. Imbert cesse d’être secrétaire d’État. Depuis assez longtemps, il montré un mauvais vouloir que je ne peux plus supporter ; il y a au moins six mois qu’il n’est pas venu me voir ; il me fait dire qu’il est malade, et je sais qu’il se promène tous les soirs. L’année dernière, je voulais le révoquer et je fis venir ici M. Pilié dans l’intention de nommer celui-ci à sa place, mais je sursis encore par considération pour ses anciens services. Depuis cela, il a continué de me déplaire par les relations qu’il entretient avec les opposans ; je sais qu’il leur fournit des renseignemens sur les opérations financières de l’État. Sa récente conduite à propos de la lettre écrite par M. Lartigue à la suggestion de M. Levasseur, a achevé de me dégoûter de lui. Mais dites-moi franchement, si vous croyez M. Pilié capable de gérer les finances dans l’état actuel des choses : sinon, désignez-moi une autre personne. »

Le sénateur Ardouin ne s’attendait pas, certainement, à être appelé ainsi, par la confiance du Président, à le conseiller dans une telle mesure ; mais, dévoué à son gouver-

  1. M. Lesage était alors juge au tribunal de cassatiou, mais il n’avait pas cessé d’être ingénieur.