Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 10.djvu/363

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le Sénat à ce sujet, et leur correspondance fut également publiée.

En janvier 1838, les plénipotentiaires français arrivèrent. Ils entrèrent aussitôt en conférence avec ceux de la République, et après des négociations suivies loyalement de part et d’autre, deux traités furent signés ; l’un qui donnait une pleine satisfaction à l’honneur des Haïtiens, par la reconnaissance explicite de leur indépendance et de leur souveraineté, l’autre qui fixait le solde de l’indemnité à 60 millions de francs, au lieu de 120 millions, payables en trente années. Ces traités, furent ratifiés par le Président d’Haïti et sanctionnés par le Sénat. Des arrangemens particuliers furent également convenus, dans le but de reprendre le service de l’emprunt dé 1825. Deux agents haïtiens partirent pour France avec les plénipotentiaires de cette puissance, emportant avec eux les fonds nécessaires pour l’indemnité et pour l’emprunt, et avec mission de procéder à l’échange des ratifications des traités, s’ils étaient approuvés par S. M. le Roi des Français ; ce qui eut lieu.