Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 10.djvu/234

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chapitre v.

1834.— Le pape Grégoire XVI envoie un légat auprès du Président d’Haïti. — Un concordat desiré par le Président n’est pas agréé par le Saint-Père. — Particularités et réflexions à ce sujets. — Session législative ; diverses lois sont votées. — Affaire criminelle du représentant J. Roche, de Jérémie ; il s’enfuit à l’étranger. — La Chambre des communes déclare sa déchéance. — Elle fait poursuivre M.J. Courtois, déjà emprisonné, pour un article de son journal ; le tribunal correctionnel le condamne pour outrages envers les représentans. — Diverses mesures administratives. — Proclamation du Président d’Haïti au sujet des biens de la partie de l’Est. — 1835. L’administration des finances offre à l’entreprise l’exploitation des bois d’acajou dans les îles de la Gonave et de la Tortue. — Arrêté du Président d’Haïti fixant les jours de fêtes légales par rapport aux bureaux publics. — Le gouvernement français envoie M. le capitaine de vaisseau Dupétit-Thouars, pour réclamer les avances faites pour le service de l’emprunt d’Haïti et prendre des rensignement sur la situation financière. — Des conférences ont lieu entre cet officier et des fonctionnaires. — Mesures prises pour payer ces avances. — Messages entre le Président d’Haïti et le Sénat ; accord entre eux sur la manière de résoudre les questions entre la France et Haïti. — M. Dupetit-Thouars repart satisfait ; son rapport loyal prépare une solution. — Session législative, discours du Président d’Haïti, adresse de la Chambre des communes. — Réflexions à ce sujets. — Lois votées dans la session.


Dans le précédent chapitre, nous avons annoncé la nomination, par le pape Grégoire XVI, d’un légat chargé de ses pouvoirs pour venir régler les affaires religieuses à Haïti, de concert avec le Président de la République. Le prélat revêtu de cette qualité était le révérend Jean England, évêque de Charleston, Irlandais de naissance et fervent catholique comme tous ses compatriotes. Il arriva au Port-au-Prince le 19 janvier, comme un simple particulier, n’ayant pas annoncé d’avance la mission dont il était chargé ; mais en se présentant au presbytère, il se fit con-