Page:Arbois de Jubainville - Cours de littérature celtique, tome 1.djvu/64

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à la guerre, vous avez, ô bardes! chanté sans crainte des poèmes nombreux[1]. »

Nous ne voyons nulle part que les bardes aient été persécutés par les Romains. Ils survécurent en Gaule au druidisme, qui disparaît avant la fin du premier siècle de notre ère. Les Romains adoptèrent même une des parties du vêtement des bardes, le cucullus, dit plus tard cuculla ou coule, qui les distinguait. On lit dans une épigramme de Martial :

Gallia santonico vestit te bardo-cucullo[2].
« La Gaule te revêt du cucullus bardique de Saintes. »


Ce vers a été écrit vers la fin du premier siècle de notre ère. Dans la seconde moitié du troisième, l’empereur Gallien, qui régna de 260 à 268, voulant être agréable à Claude, plus tard empereur, deuxième du nom, lui fait cadeau de divers objets, entre autres d’un bardo-cucullus[3].

Bardus apparaît comme nom propre d’homme dans plusieurs inscriptions romaines de l’époque

  1. Lucain, Pharsale, 1. I, v. 447-449 :
    Vos quoque, qui fortes animas belloque peremptas
    Laudibus in longum, vates, dimittitis œvum.
    Plurima securi fudistis carmina, bardi.
  2. Martial, 1. XIV, épigr. 128, v. 1, édition Teubner-Schneidewin. p. 334. Comparez 1. I, épigr. 53, v. 5, ibidem, p. 24.
  3. Vie de Claude II, par Trebellius Pollion ch. XVII, dans Scriptores historis augustæ, éd. Hermann Peter, t. II, p. 135. Gallien régna de 260 à 268, et Claude de 268 à 270. Cucullus a pris plus tard une forme féminine, cuculla, en français coule : c’est un vêtement monastique.