Page:Arbois de Jubainville - Cours de littérature celtique, tome 1.djvu/42

Cette page a été validée par deux contributeurs.


scientifique dont ils continuent avec tant de succès les traditions plus de trois fois séculaires. Leur vœu a été favorablement accueilli par M. le Ministre de l’instruction publique[1] et par les Chambres. M. le Président de la République, après avoir établi cet enseignement nouveau, m’a fait l’honneur de m’en charger[2].

J’espère que la bienveillante indulgence de mes auditeurs facilitera l’accomplissement de la mission qui m’est confiée. Le puissant intérêt du sujet captivera leur attention ; il les empêchera de remarquer trop souvent l’inexpérience d’un homme qui, appelé au professorat après trente ans de recherches silencieuses dans les documents les moins littéraires du moyen âge, a le redoutable honneur d’être devenu le collègue de maîtres éminents dans l’art d’enseigner et de bien dire.

  1. M. Jules Ferry.
  2. Un fait contemporain de la création de cette chaire a été l’établissement de la chaire de vieil irlandais que l’Académie royale d’Irlande vient de confier à M. W.-M. Hennessy, celtiste précédemment connu par des travaux fort remarquables. Dublin avait déjà deux chaires d’irlandais, l’une à Trinity-College, l’autre à l’Université catholique.