Page:Arbois de Jubainville - Cours de littérature celtique, tome 1.djvu/396

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CORRECTIONS ET ADDITIONS





P. 68, note 1, ligne 2. au lieu de p. 400, lisez 206.

P. 79, ligne 18, au lieu de Cûalann, lisez Cûala.

P. 99, note 1, au lieu de Tubner, lisez Teubner.

P. 233, note 3. — Déja, au sixième siècle, saint Columba savait que Iona, en hébreu, avait le sens du mot περιστέρα en grec, et du mot columba en latin voyez sa lettre au pape Boniface IV, c. 15, chez Migne, Patrologia latina, t. 80, col. 282 C. Adamnan, un de ses successeurs, énonce la même doctrine grammaticale aux premières lignes de sa Vita sancti Columbæ, édition donnée par M. Reeves, à Dublin, en 1857, sous ce titre The life of St. Columba, founder Hy, written by Adamnan, ninth abbat of that monastery, p. 5; voir aussi Migne, Patrologia latina, t. 88, col. 727 B.

P. 261, ligne 4, au lieu de roi de Munster, lisez roi de Connaught.

P. 284, note 2, ligne 1, au lieu de Osmiunta, lisez Osmunta.

P. 288, note 2, ligne 2, au lieu de beinmig, lisez bêimnig.

P. 288, note 2, ligne 4, au lieu de Ethnen, lisez Ethnenr.

P. 293, ligne 8, au lieu de Brâh, lisez Brâth.

P. 297, fin de la note 1, nous disons que scolaige est une faute pour scélaige. Le mot scolaige existe, et veut dire écolier