Page:Arbois de Jubainville - Cours de littérature celtique, tome 1.djvu/120

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE V.


ÉTYMOLOGIE DU MOT DRUIDE.

On a jusqu’ici prétendu trouver dans la syllabe dru, premier terme du mot Drunemeton et racine du mot druide, un mot gaulois signifiant a chêne. C’est une hypothèse de Pline l’Ancien « Les bois sacrés que les druides préfèrent, » dit-il, « sont des bois de chêne rouvre ; ils ne font aucun sacrifice sans le feuillage de cet arbre on pourrait croire que c’est là l’origine de leur nom, si leur nom peut s’expliquer par le grec [1]. »

De Pline cette étymologie s’est répandue chez la plupart des historiens qui ont étudié les Gaulois. Aucune étymologie n’a jamais été plus mal établie [2].

  1. « Jam per se roborum eligunt lucos, nec ulla sacra sine earum fronde conficiunt, ut inde appellati quoque interpretatione græca possint Druidæ videri » (Histoire naturelle, liv. XVI, § 249. Edition Teubner-Ianus, t. III, p. 45.
  2. Je suis en désaccord sur ce point avec mon savant ami M. E. Windisch qui, chez George Curtius, Grundzüge der griechischen Etymologie, 5e édition, p. 339, a adopté l’opinion reçue.