Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/74

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


midi. Les Pyrénées, l’Erzgebirge, les Alpujaras confirment cette règle, mais les monts Atlas la contredisent, puisque c’est du côté de la Méditerranée surtout que ces montagnes sont escarpées.

On aurait une règle moins sujette à exceptions en disant que les montagnes qui ceignent une mer, lui présentent leur plus grand escarpement ; les montagnes de l’Espagne, des Pyrénées, des Cévennes, des Alpes, de la Grèce, de la Caramanie, de la Syrie, de l’Atlas, sont toutes plus rapides vers la Méditerranée que du côté opposé.

La plupart des terrains paraissent formés par couches superposées ; on dit alors qu’ils sont stratifiés.

Les fissures qui séparent les différentes couches sont des surfaces ordinairement planes, quelquefois courbes, et presque toujours parallèles entre elles.

Les surfaces de séparation des strates, quand elles sont courbes, appartiennent constamment à cette classe que les géomètres appellent surfaces réglées, à cause qu’en chaque point on peut leur appliquer une ligne droite.

Saussure pense qu’on peut admettre comme deux règles générales :

1° Que lorsque des montagnes secondaires bordent des montagnes primitives, leurs couches montent constamment vers les parties de ces dernières montagnes, qui leur correspondent ;

2° Que les montagnes secondaires ont toujours leurs escarpements les plus prononcés tournés vers la chaîne primitive centrale.

La direction d’une couche est l’orientation de la ligne