Ouvrir le menu principal

Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/63

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


zontal gradué les mouvements d’une longue aiguille attachée au même cercle vertical.

Le mouvement de rotation de la Terre est ainsi rendu sensible à tous les yeux par un instrument réduit à de petites dimensions et aisément transportable. A moins de nier l’évidence, nul ne peut plus aujourd’hui mettre en doute un mouvement démontré par l’accumulation de tant de preuves astronomiques et physiques.


CHAPITRE VII

étude de la surface de la terre


Nous avons déjà vu que la constitution physique de Mercure et de Vénus présente avec celle de la Terre, au moins en ce qui concerne les aspérités que ces corps offrent à leur surface, une grande analogie. L’astronome voit certainement les surfaces des planètes à l’aide d’instruments puissants, mais il ne saurait guère conclure de ses observations que des inductions de similitude ou de dissemblance avec la constitution de la Terre. Une connaissance approfondie de notre globe lui est nécessaire pour le guider dans ses recherches sur les corps célestes. Des notions de topographie terrestre doivent donc former une partie indispensable d’un cours complet d’astronomie.

L’équateur terrestre, que nous avons défini précédemment (chap. i, p. 2), sépare la Terre en deux hémisphères, l’un l’hémisphère boréal, situé du côté du pôle nord, l’autre l’hémisphère austral, situé du côté du pôle