Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/611

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Quant à l’impression sur les animaux que les anciens observateurs ont consignée dans leurs relations, elle s’est presque complétement vérifiée. Les poules, les premières, se sont couchées, non en allant à leurs perchoirs ordinaires, mais en s’accroupissant où elles se trouvaient. Des quelques pigeons domestiques qui existent à Honolulu, on n’en a pas vu un seul pendant l’éclipse. Les chiens, tristes et tremblants, ne répondaient pas à l’appel du maître. Les troupeaux, immobiles, ne paissaient pas pendant la durée de l’obscurité. Mais des fourmis, dont une traînée travaillait auprès de moi, ont continué paisiblement leur ouvrage. »

Cette dernière observation serait en contradiction avec celle que j’ai rapportée plus haut et qui a été faite à. Perpignan par M. Fraisse. Mais on doit remarquer que les fourmis dont parle M. Kutczycki ont l’habitude de travailler la nuit.


CHAPITRE XIII

de la couronne lumineuse dont la lune est entourée
pendant une éclipse totale de soleil


Presque tous les astronomes observateurs de l’Angleterre se transportèrent en Suède et en Norwége à l’occasion de l’éclipse totale de 1851. Mais on doit l’avouer franchement, l’habileté dont ils ont fait preuve n’a pas empêché que les questions relatives à la couronne lumineuse et aux protubérances rougeâtres ne soient restées presque au point où elles étaient immédiatement après