Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/57

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mouvement de rotation de notre globe, dans la même position par rapport au pendule oscillant.

Maintenant voyons ce qui se passera en un point A (fig. 238) quelconque de la surface de la Terre.

ARAGO Francois Astronomie Populaire T3 djvu 0057 Fig238.png
Fig. 238. — Détermination de la vitesse du déplacement apparent du plan d’oscillation d’un pendule en un point quelconque de la surface de la Terre.


Supposons qu’on représente par OG la valeur de la rotation de la Terre autour de son axe PP′ en un temps très-court, et menons la verticale OA du lieu A, puis une perpendiculaire FF′ à cette verticale par le centre O de notre globe. On peut appliquer aux mouvements le théorème du parallélogramme des forces que nous avons signalé au commencement de cet ouvrage (liv. ii, ch. ii, t. i, p. 40). Donc si on construit le rectangle ODCG, on pourra remplacer la rotation OC par les deux rotations composantes OD et OG. Mais par rapport à la rotation OG de la Terre autour de l’axe FF′, le pendule placé au point A se trouve évidemment dans les mêmes conditions que s’il était placé sur l’équateur EE′, et qu’on considérât la rotation autour de l’axe de la Terre PP′. La direction du plan d’oscillation du pendule et la vitesse de son déplacement apparent ne sont donc pas affectés par