Ouvrir le menu principal

Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/558

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


éclipses de Soleil n’arrivent que les jours des nouvelles Lunes ou des conjonctions, et que les éclipses de Lune ne s’observent, au contraire, que les jours des pleines Lunes ou des oppositions.


CHAPITRE II

explication des éclipses de soleil


Quoique la Lune soit très-petite comparativement au Soleil, elle sous-tend à peu près le même angle, parce qu’elle est beaucoup plus près ; il arrive même, à raison des changements de distance des deux astres à la Terre, qu’ils se surpassent successivement en grandeur apparente, que la Lune a tantôt un diamètre apparent angulaire plus grand et tantôt un diamètre plus petit que le Soleil.

Lorsque la Lune s’interpose entre le Soleil et la Terre, elle semble devoir faire, par rapport à nous, l’office d’un écran et nous dérober la totalité ou une portion plus ou moins considérable de l’astre radieux ; mais il faut remarquer que l’orbite de la Lune n’étant pas exactement couchée sur le plan de l’écliptique, que l’angle de ces deux plans étant d’environ cinq degrés (liv. xxi, chap. x, p. 408), la Lune, au moment de sa conjonction, peut se trouver soit au-dessus, soit au-dessous du Soleil. Pour qu’une conjonction soit écliptique, il faut donc qu’elle ait lieu près des nœuds de l’orbe lunaire, c’est-à-dire près du plan de l’orbite terrestre.

La latitude de la Lune, ou sa distance au plan de