Ouvrir le menu principal

Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/521

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XXXIII

la lune exerce-t-elle une action sur les nuages de l’atmosphère terrestre ?


La Lune mange les nuages ; tel est le dicton fort répandu en France parmi les habitants de la campagne et surtout parmi les gens de mer. Ce dicton, exprimé en termes plus précis, peut se formuler ainsi : Les nuages tendent à se dissiper quand les rayons de la Lune les frappent. Est-il permis de regarder cette opinion comme un préjugé indigne d’examen, lorsqu’on voit un savant aussi illustre et aussi réservé que sir John Herschel, se porter garant de son exactitude ? Voici, du reste, les développements, la paraphrase des considérations par lesquelles l’astronome anglais rattache le fait, regardé comme vrai, aux lois connues du rayonnement de la chaleur.

La lumière de la Lune, à cause de sa grande faiblesse, ne produisant presque pas d’effets calorifiques appréciables sur des thermomètres placés au foyer des plus grandes lentilles, des plus larges miroirs, on ne pourrait pas, sans violer les lois les plus simples de la logique, lui faire jouer aucun rôle sur les molécules des nuages, en considérant surtout qu’elle les frappe sans avoir été condensée. Mais la lumière lunaire est-elle intrinsèquement dans le même état à la surface de la Terre où se sont faites généralement les expériences des lentilles et des miroirs réfléchissants, et lorsqu’elle n’a pénétré dans notre atmosphère que jusqu’à la hauteur où les nuages existent ordinairement ? on peut en douter.