Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/491

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


C’est dire qu’en quelques minutes on exécutera un des travaux les plus longs, les plus minutieux, les plus délicats de l’astronomie. »

Mes prévisions de 1840 ont été réalisées ; on a fait dans plusieurs observatoires des images photographiques de la Lune parfaitement réussies.


CHAPITRE XXVI

explication de la lumière cendrée


Nous avons trouvé dans l’explication des phases de la Lune la preuve décisive que la lumière de notre satellite provient de celle du Soleil (chap. iv, p. 384).

On ne peut présenter contre cette explication qu’une seule difficulté. La totalité de la Lune se voit dans les circonstances où, d’après la théorie, on devrait n’en apercevoir qu’une petite partie. La lumière qui fait ainsi découvrir l’astre bien au delà de la portion directement éclairée par le Soleil, est comparativement très-faible et a été appelée du nom de lumière cendrée.

Après bien des hésitations on est parvenu à en découvrir la cause avec une entière évidence.

Le jour de la pleine Lune, les rayons réfléchis par cet astre éclairent la Terre assez fortement pour qu’on puisse supposer qu’un observateur situé dans notre satellite, verrait toute l’étendue d’un hémisphère terrestre. On l’apercevra aussi, mais plus faiblement, le jour du premier quartier lunaire, plus faiblement encore lorsqu’un croissant délié éclairera seul notre globe. Or, quels