Ouvrir le menu principal

Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/483

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dans son plein est à celle du Soleil dans le rapport de 1 à 90 000.

Ce résultat est très-différent de celui de Bouguer, mais on remarquera que le nombre obtenu par le physicien anglais devait être plus petit, puisque son calcul repose sur la supposition que la totalité de la lumière incidente est réfléchie, tandis que l’expérience montre que cette réflexion est entre le tiers et le quart de la réflexion théorique sur laquelle le calcul se fonde.

En supposant que la matière de la Lune nous renvoie un quart de la lumière qu’elle reçoit, Lambert trouva, par le calcul, que la lumière du Soleil est égale à 277 000 fois celle de la Lune, ce qui ne s’éloigne pas beaucoup du résultat expérimental obtenu par Bouguer.

Wollaston a obtenu par la méthode de l’égalité des ombres et en prenant la lumière d’une chandelle pour intermédiaire, que la lumière du Soleil est égale à 801 072 fois la lumière de la Lune.

Je ne saurais dire à quoi tient l’énormité de ce nombre comparé à la détermination de Bouguer, car la méthode employée était exacte et l’observateur d’une habileté incontestable.


CHAPITRE XXIV

polarisation de la lumière de la lune


La lumière de la Lune est polarisée surtout, il m’a semblé, à l’époque du premier quartier. Cette époque est aussi celle ou la polarisation d’une lumière réfléchie par une atmosphère semblable à l’atmosphère terrestre serait