Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/369

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


soulèvements comme une explication possible de la présence des productions marines sur les flancs et au sommet des plus hautes montagnes. Cette explication était la véritable : aujourd’hui elle est admise presque généralement.


CHAPITRE XXVII

y a-t-il eu des changements dans la translation de la terre ?


Whiston, comme nous l’avons vu dans le chapitre xi (p. 107 et suiv.), s’était proposé de rattacher à des causes physiques le déluge biblique, celui que Moïse a décrit. Son célèbre compatriote Halley avait envisagé le problème d’une manière moins spéciale.

Il existe, disait-il, des productions marines, loin de la mer et sur les plus hautes montagnes ; donc ces régions ont été jadis sous les eaux. Mais par quelle impulsion l’Océan abandonna-t-il des limites dans lesquelles de nos jours, sauf de très-légères oscillations, il reste constamment renfermé ? C’est ici que Halley appelle à son secours, non comme Whiston, une comète passant dans notre voisinage et donnant naissance à une très-forte marée, mais un astre de cette espèce qui, dans sa course elliptique autour du Soleil, choque directement la Terre. Examinons de près quels seraient les effets d’un pareil événement.

Concevons un corps solide marchant en ligne droite avec une certaine rapidité, et sur lequel, à l’origine, un autre corps beaucoup plus petit aura été seulement posé. Ces deux corps, quoiqu’ils ne soient pas liés l’un à l’autre,