Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/353

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


En comparant les arcs de Danemark entre Lauenburg et Lysabbel, et de Prusse entre Trunz et Memel, on a

Noms des arc. Latitudes moyennes. Longueur de l’arc d’un degré en toises. Longueur de l’arc d’un degré en mètres.
Danemark 
54°  8′ 13″ 57 093 111 277
Prusse 
54  58  26  57 144 111 376

L’arc méridien de Danemark devrait être plus grand que celui de Hanovre, et la mesure directe a donné une valeur plus petite ; d’un autre côté, les variations que présentent ces quatre arcs, comparés deux à deux, sont en sens contraires. On ne peut donc pas dire que la Terre présente régulièrement la forme d’un solide de révolution, que les méridiens soient rigoureusement égaux entre eux.

Certaines triangulations indiquent en quelques lieux, principalement dans les pays montagneux, des irrégularités considérables. Ainsi, en comparant le résultat qu’on déduirait de la triangulation française de celui que l’on a obtenu dans l’opération effectuée en Italie par MM. Plana et Carlini, entre Andrate et Mondovi, on trouve à une latitude moyenne de 44° 57′ 29″, pour la longueur d’un arc d’un degré du méridien :

toises. mètres.
Longueur calculée 
57 013 111 120
Longueur observée 
57 687 112 434
Différence 
674 1 314

Une telle différence, due ici à la présence des Alpes, doit se représenter dans le voisinage des autres grandes chaînes de montagnes ; elle n’est pas, du reste, comme