Ouvrir le menu principal

Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/32

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


voulait dire. Il faut remarquer que la Bible n’est pas un ouvrage de science, que le langage vulgaire a dû y remplacer souvent le langage mathématique : ainsi on voit quelque part un passage dans lequel il est question d’un vase circulaire, qui a un pied de diamètre et trois pieds de circonférence ; or, tout le monde sait qu’un cercle d’un pied de diamètre a plus de trois pieds de circonférence ; ajoutons même que la circonférence du vase en question n’aurait pas pu être assignée mathématiquement, alors même qu’on eût consenti à mettre 150 décimales à la suite du chiffre 3, puisqu’il n’existe pas de commune mesure entre la longueur du diamètre d’un cercle et celle de la circonférence qui le termine.

Ces vues sur les objections tirées du texte de la Bible, sont maintenant admises par les personnes les plus pieuses, même dans la capitale du monde catholique.


CHAPITRE V

historique de la découverte du mouvement de rotation de la terre


Héraclide de Pont, Ecphantus le Pythagoricien, Philolaüs de Crotone, Nicétas de Syracuse, ont cru pouvoir considérer le mouvement diurne de la sphère étoilée comme une simple apparence dépendante du mouvement de rotation de la Terre sur son centre.

Aristote admet que les planètes et les étoiles ne tournent pas autour de la Terre, mais bien les cieux de cristal qui les portent et auxquels elles sont attachées. Chaque