Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/270

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XIX

détermination des latitudes géodésiques — cercles répétiteurs


Pour obtenir la forme exacte de notre globe, il faut mesurer un arc de méridien et un arc de parallèle en différents points de la Terre. La première condition à remplir, afin de procéder à cette mesure, est de fixer avec exactitude la position des lieux ; il faut avant tout savoir trouver les latitudes et les longitudes (chap. viii, p. 68) de chaque station.

On a reconnu (liv. vi, chap. vi, t. i, p. 240) que la latitude d’un lieu est la hauteur du pôle vu de ce lieu au-dessus de l’horizon, ou bien la distance du zénith à l’équateur, ou bien enfin le complément de la distance zénithale du pôle. Il résulte de là, que pour avoir la latitude d’un lieu, il faut déterminer les distances zénithales d’une même étoile, par exemple, de la Polaire, à son passage supérieur et à son passage inférieur dans le méridien de ce lieu ; on corrige ces deux angles de l’effet de la réfraction, on prend leur moyenne, ce qui donne la distance zénithale du pôle, et on retranche enfin cette distance de 90°.

Les instruments qui servent à exécuter ces opérations sont formés de limbes gradués, cercles entiers, secteurs ou quarts de cercle, parallèlement aux plans desquels se meuvent autour de leur centre des lunettes qui permettent de viser les étoiles. Nous avons déjà décrit deux instruments de ce genre, le théodolite et le cercle mural (fig. 89,