Ouvrir le menu principal

Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/262

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des continents, de même il peut y avoir de grandes cavités dans le bassin des mers. Cependant, il est naturel de penser que leur profondeur est plus petite que l’élévation des hautes montagnes ; les dépôts des fleuves et les dépouilles des animaux marins, entraînés par les courants, devant remplir à la longue les cavités. »

D’après M. de Humboldt, il est à présumer que loin de n’être qu’égale à la hauteur moyenne des continents, la profondeur des mers est au moins cinq ou six fois plus grande.

Thomas Young croyait pouvoir déduire de la théorie des marées que la profondeur moyenne de l’Océan est de 4 800 mètres. C’est à ce même chiffre que s’est arrêté Daubuisson.

Que disent les observations directes ? Elles sont difficiles à faire avec les diverses méthodes imaginées jusqu’à ce jour, et par conséquent, il n’y a encore qu’un petit nombre de sondages dans lesquels on puisse avoir confiance. Depuis quelques années, le gouvernement des États-Unis a fait comprendre le lit de la mer parmi les objets qui doivent être spécialement étudiés sur les continents de l’État ; on peut donc espérer que cette question fera des progrès rapides.

Le tableau suivant donne les plus grandes profondeurs qu’on ait observées jusqu’à ce jour :

Profondeurs. Latitudes. Longitudes. Noms des
observateurs.
14 091m 36°49′ A. 39°26′ O. Denham.
10 422   31 59  B. 61   3  O. Walsh.
8 823   32   6  B. 47   7  O. Baron.
8 412   13   3  B. 25 14  O. James Ross.
5 368   27   0  A. 31 20  O. Goldsborough.