Ouvrir le menu principal

Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/163

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nidad, est extrêmement actif ; on cite parmi ses éruptions celles de 1798, 1805, 1807 et 1825 ; dans la dernière le cours de la rivière de Téquisquillo fut dévié de plusieurs kilomètres.

La vallée dans laquelle la ville San-Salvador est située, est fermée par un volcan très-actif ; mais on connaît mal les époques de ses éruptions.

Le volcan de San-Vicente, dit aussi de Sacatecoluca, a fait en 1643 une éruption très-violente qui a couvert de cendres et de soufre tous les environs. En janvier 1835, une nouvelle éruption de ce volcan a détruit un grand nombre de villes et de villages.

Le volcan de San-Miguel-Bosotlan, situé à quelques lieues de la mer seulement, est extrêmement actif, sans cependant que l’histoire de ses éruptions soit bien connue.

Le volcan de Cocivinia ou de Gilotepe, près du golfe de Conchagua, a été, en janvier 1835, le théâtre d’une éruption dont les cendres ont été portées jusqu’à une distance de 230 lieues, et qui a été accompagnée d’un grand nombre de tremblements de terre.

Le volcan del Viejo, non loin du port de Rialexo, dans l’intérieur des terres, ceux de Telica, de Mamotombo et de Masaya, celui de Bombacho dit aussi de Granada, celui d’Ometep ou de Sapaloca, celui enfin de Papagayo ou d’Orosi, rejettent sans cesse des flammes ou de la fumée, sans avoir eu des éruptions dont les époques aient été marquées.

Le volcan d’Irasce ou de Carthago a fait en 1723 une effroyable éruption.

Le volcan de Tolima a fait éruption en 1595 ; il a re-