Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/143

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


raient ce qu’il faut penser d’une idée ingénieuse de M. Babbage, d’après laquelle les variations du niveau du sol observées en tant de lieux, tiendraient à de notables changements locaux de température dans les couches terrestres profondes. M. Babbage trouve qu’un changement de 50 degrés centigrades qui affecterait une profondeur de deux lieues, engendrerait à la surface un mouvement de sept mètres.


CHAPITRE XIII

volcans actuellement enflammés

§ 1. — Définitions.

J’ai rédigé pour l’Annuaire du Bureau des Longitudes de 1824, une Notice sur les volcans actuellement enflammés à la surface de notre planète. L’exécution exacte d’un tel travail est extrêmement difficile. Les détails que la plupart des voyageurs nous ont transmis sur les grands phénomènes que nous présentent les éruptions volcaniques, sont incomplets et très-vagues. Aux yeux de l’un, toute portion de terrain d’où il s’élève un peu de fumée, ou sur laquelle on aperçoit quelques étincelles, est un volcan ; l’autre n’accorde ce nom qu’aux montagnes qui lancent incessamment des torrents de lave, de matières incandescentes et de cendres. Le premier inscrira dans son catalogue les flammes légères de Pietra-Mala, de Barigazzo, de Velleïa, de la Perse, de la Caramanie ; le second rangera Santorin lui-même dans la classe des solfatares. Il faut joindre à cette première difficulté, la