Page:Apollinaire - Alcools.djvu/62

Cette page a été validée par deux contributeurs.

ALCOOLS


Qui donc reconnais-tu sur ces vieilles photographies
Te souviens-tu du jour où une abeille tomba dans le feu
C’était tu t’en souviens à la fin de l’été


Deux matelots qui ne s’étaient jamais quittés
L’aîné portait au cou une chaîne de fer
Le plus jeune mettait ses cheveux blonds en tresse


Ouvrez-moi cette porte où je frappe en pleurant


La vie est variable aussi bien que l’Euripe

62