Page:Apollinaire - Alcools.djvu/17

Cette page a été validée par deux contributeurs.

ALCOOLS


L’amour s’en va comme cette eau courante
                    L’amour s’en va
          Comme la vie est lente
Et comme l’Espérance est violente

          Vienne la nuit sonne l’heure
          Les jours s’en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
                    Ni temps passé
          Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

          Vienne la nuit sonne l’heure
          Les jours s’en vont je demeure

17