Page:Apollinaire - Alcools.djvu/16

Cette page a été validée par deux contributeurs.



LE PONT MIRABEAU


Sous le pont Mirabeau coule la Seine
                Et nos amours
         Faut-il qu’il m’en souvienne
La joie venait toujours après la peine

        Vienne la nuit sonne l’heure
        Les jours s’en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
               Tandis que sous
        Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l’onde si lasse

        Vienne la nuit sonne l’heure
        Les jours s’en vont je demeure

16