Page:Apollinaire - Alcools.djvu/155

Cette page a été validée par deux contributeurs.

ALCOOLS



VI


J’écoute les bruits de la ville
Et prisonnier sans horizon
Je ne vois rien qu’un ciel hostile
Et les murs nus de ma prison


Le jour s’en va voici que brûle
Une lampe dans la prison
Nous sommes seuls dans ma cellule
Belle clarté Chère raison


Septembre 1911

155